samedi 16 juin 2012

Top 10 des savants (vraiment) fous aux experiences bizarres



Faut il avoir les cheveux hirsutes et un regard inquiétant pour être considéré comme un savant fou? Pas nécessairement! Une propension à faire avancer la science (ou la faire reculer pour certains d'entre eux) en réalisant des expériences bizarres (voir cruelles envers nos amis les bêtes) caractérisent surtout ceux présent dans ce top. Attention, je tiens à prévenir que les vidéos postées avec les différents paragraphes ne sont pas forcement à mettre devant les yeux de tout le monde. Âmes sensibles s'abstenir (de regarder les vidéos pas de lire l'article, hein!)

1.La greffe de tête de singe de Robert J White
En pleine Guerre Froide, le neurochirurgien américain Robert J White veut aller plus loin que ses collègues soviétiques. Il cherche alors à réaliser la première greffe de tète pour pouvoir, un jour, transplanter celle d'une personne paraplégique sur le corps d'une personne cérébralement morte. Il prépare son projet de "transplantation totale" pendant des années jusqu'au 14 mars 1970, où il s'estime fin prêt. Il décapite 2 singes et greffe la tête de l'un sur le corps de l'autre. Il parvient à connecter le système sanguin de la tête à celui du corps mais la moelle épinière est sectionnée, rendant la créature paralysée en dessous du cou. White fait donc fonctionner le cœur et les poumons artificiellement grâce à une pompe et un respirateur. La pauvre bête ne survivra qu'une journée.


2.Le calcul de l'appétit sexuel du dindon
Quel est le minimum nécessaire pour exciter sexuellement un dindon? Voila la question  qui hantaient les nuits de Martin Schein et Edgar Hale de l’université de Pennsylvanie. C'est donc naturellement qu'ils se sont penchés sur la question et consacrer tout leur temps libre à tenter de répondre à cette question existentielle. Ils ont donc confronter un dindon  et une dinde. A la vue de la dinde, le dindon est au maximum de l'excitation. Ils ont donc enlevé une aile, le dindon était toujours autant lubrique. Ils ont donc amputé la femelle d'une patte, de la queue jusqu'à ce qu'il ne reste plus que la tête qu'il avait placé sur un bâton. Aucune de toute ces mutilations n'ont calmé les ardeurs du dindon. Conclusion de l'expérience: un dindon c'est con! et selon les auteurs: une tête fraîchement coupée est plus efficace qu’une imitation en bois.


3.Les chiens zombies de Robert E Cornish
En 1927, Robert Cornish est âgé de 22 ans et obsédé par la résurrection. Il y consacrera ses recherches au sein de l'université de Californie. Après plusieurs échecs en tentant de ramené à la vie des personnes noyées ou électrocutées, il décide en 1934, de s'entraîner sur des chiens. Il les asphyxie, puis tente de les ranimer à l'aide d'injections d'adrénaline, de bouche à truffe et de sessions de "basculage". Cette technique consiste à attacher le corps sur une planche et la faire basculer de façon continue, dans le but de simuler une circulation sanguine. Il réussit à ramener 2 chiens à la vie de cette manière, mais ils garderont de sévères dommages cérébraux. D'autres expériences montreront qu'il est aussi capable de ramener à la vie des chiens noyés pendant quelques heures en leur injectant du sang oxygéné.



4.La contagion de la fièvre jaune par Ffirth Stubbins
Stubbins Ffirth, un médecin américain du début du XVIIe siècle, s'inquiète des ravages de la fièvre jaune sur la population, qui tue des milliers de personnes. Ayant observé que le pic de l'épidémie fièvre jaune avait lieu en été de l'été, Ffirth en conclu que ce n'était pas une maladie contagieuse, mais saisonnière. Pour prouver sa théorie, il s'est incisé le bras et à fourré du vomi de patient infecté dans la plaie. Il n'est pas tombé malade. Il s'en ai donc mis dans les yeux, a cuit du vomi, inhalé les vapeurs de cuisson et en a même mangé: Toujours pas malade! Ffirth a complété son expérience sur lui-même en s'enduisant généreusement avec d'autres fluides contaminés par la fièvre jaune comme le sang, la salive, la sueur et l'urine. Plus en forme que jamais (mais sentant mauvais), il déclare fièrement avoir prouvé sa théorie. Malheureusement, il a eu tort. La fièvre jaune est très contagieuse, mais elle exige la transmission directe dans le sang, habituellement assurée par un moustique. Mais compte tenu de toutes ces expériences, c'est déjà un miracle qu'il soit resté vivant.

 
5.Le chien à deux tetes de Vladimir Demikhov
Auteur de la première transplantation coeur-poumon chez le chien dans les années 1940, le soviétique Vladimir Demikhov se lance dans un expérience aussi bizarre d'inédite: greffer la tête et le thorax d'un chiot sur la nuque d'un chien adulte en connectant les vaisseaux sanguins du petit sur le système cardio-vasculaire du plus grand. En 1954, il organise une conférence de presse pour présenter sa créature au monde entier. Malgré leur système circulatoire commun, les 2 têtes semblent autonomes. La petite tête greffée bouge, respire et lape même du lait. Le chirurgien créera ainsi une vingtaine de chimère du même genre mais aucune d'entre elle ne survivra plus d'un mois, à cause d'infections post-opératoire le plus souvent.


6.La reproduction homme-singe d'Ilya Ivanovich Ivanov
Cet éminent biologiste russe est le créateur du zebran, croisement entre un zèbre et un âne et du zubron, croisement entre un bovin domestique et un bison d'Europe. Mais c'est surtout pour un autre projet qu'il est aujourd'hui reconnu. Il part en 1926 pour la Guinée, où il compte croiser un chimpanzé avec un être humain. Avec l'accord du gouvernement bolchévique, il débute ses expérimentations en inséminant 3 guenons avec du sperme humain, mais aucune des 3 n'enfantera. Ivanov, loin de se décourager, imagine alors l'expérience inverse: inséminer des femmes avec du sperme de chimpanzé. Le chimpanzé et l'homme ayant un phénotype identique à 99% soit plus qu'un zèbre et un âne, l’expérience à de grandes chances de fonctionner. Suite à des troubles politiques dans le pays, il sera obligé de s'exiler en abandonnant son projet fou. Ouf!

7.La tête de chien volante de Sergei Bryukhonenko

A la fin des années 1920,  dans son laboratoire de recherche en chirurgie de Moscou, le Dr Sergei Bryukhonenko met au point une machine diabolique, l'autoinjector. Cette machine est destinée à maintenir en vie des têtes de chiens décapités. A l'aide d'une pompe extra-corporelle simulant les systèmes cardiaque et respiratoire et permettant d'oxygéner le sang, il déclare ainsi pouvoir garder en vie une tête détachée de son corps pendant plusieurs heures. Il réalise l'expérience devant une assemblée de scientifique en 1928. Sur le film, on peut voir la tête de l'animal réagir à différents stimulis: il lèche l'acide citrique déposé sur son museau, cligne des yeux lorsqu'on l'expose à une lumière vive et sursaute à un coup de marteau. Le film évite de montrer les raccordements artériels et veineux entre l'animal et la machine donc il est difficile de dire si cette expérience était un trucage ou non.


8.Le calcul du poids de l'âme par Duncan McDougall

Au début du 20ème siècle, un médecin américain, Duncan McDougall voulut prouver scientifiquement l’existence de l’âme. Selon lui, si l'âme existe réellement, elle doit avoir un poids. Puisque selon certaines croyances, l'âme d'un homme le quitte lorsqu'il décède, il se met alors en tete de peser un homme avant et après sa mort. Après avoir reçu l'accord d'un centre pour tuberculeux, il place le lit d'un sujet mourant sur un immense balance et attendit sa mort. Le moment venu, il constate une différence de 21 grammes avant et après la mort. Il reproduit l'expérience à 5 reprises et obtient des résultat similaires. Puisqu'il ne trouva aucune autre explication à cette perte de poids, il en déduit qu'il s'agit du poids de l'âme. Par la suite, il renouvelle l'expérience sur une quinzaine de chien mais ne note aucune variation de poids avant et après leur mort. Ce qui selon lui, prouve que seul les hommes possèdent une âme. Malgré l'engouement populaire qu'on eu les résultats de ces expériences, la communauté scientifique se montra un peu plus réservé devant une méthodologie peu précise et un échantillon de patients trop faible pour être significatif. Néanmoins, le mythe du poids de l'âme reste bien ancrée dans la culture populaire, jusqu'à en faire un film en 2004.




9.Les implants cérébraux du taureau du Dr Delgado
Diplômé de l’université de Madrid, José Delgado est un neuro-physologiste espagnol, pionniers de la stimulation électrique cérébrale (ESB). L’ESB consiste à implanter des électrodes à l’intérieur du crane pour stimuler différentes régions du cerveau. Delgado réussit à inventer un système de contrôle à distance qu'il nomma le "Stimoceiver". Grâce à ce dispositif, il fut capable de contrôler un singe comme une vulgaire marionnette en lui faisant tourner la tête, le corps, grogner ou encore le faire dormir. Il tenta l'expérience sur l'homme avec le même succès, en contrôlant les émotions des cobayes, les faisant passer de l'euphorie à la rage en quelques secondes.Le Dr Delgado doit sa célébrité à une expérience qu'il réalisa dans l'arène de Cordoue, en 1963. Pour montrer l'efficacité de son "Stimoceiver", il fit face à un taureau qu'il avait opéré peu de temps avant. Lorsque le taureau chargea, Delgado appuya sur son émetteur, ce qui stoppa net le taureau dans son élan, le rendant aussi craintif qu'une souris. Sujet à beaucoup de controverses, les subventions de recherches du Dr Delgado s'affaiblirent peu à peu après la démonstration, et laissa le projet sans suite immédiate.




10.Les effets du LSD sur un éléphant
En 1962, Louis West et Chester Pierce, 2 chercheurs de l'université d'Oklahoma ont eu l'idée -débile- d'injecter une dose de LSD à un éléphant, Tuzko, du zoo d'Oklahoma City. Dans quel but? Connaître les effets du LSD sur un éléphant. Conscient qu'on le les laisserais pas renouveller l'experience, ils ont voulu assurer l'expérience et ont injecté 297mg de LSD à l'éléphant. Ça ne parait pas grand chose comme ça, mais quand on sait qu'une dose humaine "ordinaire" est de 0.1 mg, un rapide calcul nous permet de réaliser qu'ils ont injecté près de 3000 fois la dose normale au pauvre pachyderme. Les effets ont été immédiat: Quelques minutes après l'injection, Tuzko s'est mis à barrir sans répit, à courir comme un fou dans son enclos avant de s'effondré au sol, les yeux révulsés. Une heure après et malgré l'intervention des vétérinaires présents, l'éléphant était mort. Grâce à cette expérience, les scientifiques ont pu conclure leur expérience par cette observation: "Les éléphants sont très sensibles aux effets du LSD". Sans blague! Le pauvre Tuzco a du subir le même genre de trip que Dumbo en son temps.


Vous en connaissez d'autres?

Source:Axolot, Wikipédia

9 commentaires:

  1. Excellent article et super blog! continuez comme ca!

    RépondreSupprimer
  2. c est affreux!!
    comment ce fait il que c est experience ne sont plus d actualitée? avec des rat cette fois...
    ?????

    RépondreSupprimer
  3. Parce que c'est affreux, tu l'as dis toi même. Pourquoi ce serait plus éthique sur des rats que sur des chiens? D'autant plus que l'éthique scientifique interdit de refaire une expérience qui a déjà été faite

    RépondreSupprimer
  4. C'est affreux,tout simplement affreux...Pourquoi l'Homme se permet-il de jouer avec la vie?Avec un but thérapeutique je peux encore comprendre (Scission des têtes jumellées même si malheureusement,elles sont décédées toutes les 2...) mais là s'il n'y a aucun but,même si ce sont des animaux...

    RépondreSupprimer
  5. Non mais faut pas avoir de cœur c est tout simplement scandaleux sans cœur innocent et pas utile de faire ca sur ses pauvre animaux sans défense j aimerais que ceux qui fasse ca subisse la meme chose c est tout ce qu il mérite et je leur souhaites que ca arrive
    GANG DE MEURTRIER

    RépondreSupprimer
  6. Si on fait des expériences sur des animaux qui permettront de sauver des vies, de trouver des remèdes, d'accord.

    Mais là le gars s'est levé un matin et s'est dit "Tiens, si je greffe une tête de chien sur un autre chien, ça fait quoi ?". Là je trouve que c'est scandaleux.

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'ai bien ris au passage de Ffith Stubbins et la fièvre jaune. Nan mais franchement, le mec s'est infligé des trucs dégueulasses et tout ça pour se faire démonter après. J'espère qu'il est mort avant de se rendre compte de l'erreur à laquelle il a consacré sa vie...

    RépondreSupprimer
  8. Ca peut paraitre affreux de nos jours, mais pour certaines de ces expériences, il faut avouer que cela relève de la prouesse technique, surtout pour l'époque. Les greffes d'organes, de peau et de visage, entre autres, chez l'Homme, sont possibles aujourd'hui grâce aux résultats de ce genre, obtenus par des "savants fous" il y a plus d'un demi siècle. C'est ainsi qu'avance le progrès...

    RépondreSupprimer
  9. bien le copier coller? http://www.axolot.info/?p=885

    RépondreSupprimer